Un rêve peut-il changer le cours d’une vie ?

Au cours de l’été un homme me consulte au téléphone.

- Pouvez-vous étudier un rêve ?

- L’annuaire est une référence, lui répondis-je amusée, cela doit pouvoir se faire !

Rendez-vous fut pris.
Il y a  toujours une surprise entre une voix et la présence physique d’une personne qu’on  trouve dans la salle d’attente. En l’occurrence elle était imposante par la taille 1 m 90, et le gabarit, tout de noir vêtu, comme ses cheveux. Le genre d’homme qu’on ne s’attend pas à trouver dans le cabinet d’une psychanalyste.

- Croyez vous aux rêves prémonitoires ?

- Bien sûr que j’y crois, mais il n’y en a pas autant que l’on veut bien le dire. Ce sont généralement des transmissions de pensées ou d’images donc non prémonitoires ou alors un flash sur une racine d’événements en train de se produire. Le phénomène en tant que tel est déjà tout à fait stupéfiant, mais le rêve prémonitoire est encore plus rare.

- Je viens vous voir parce que j’ai effectué un rêve prémonitoire il y a quelque temps ;  il s’est réalisé et je viens d’en faire un autre.  Je souhaite que vous me l’interprétiez.

Rêve de Mars 1999

- Je rêve d’un voyant qui passe de village en village, il lit -sur les cartes-. Quelqu’un tire un huit de trèfle et s’en va en moto. Je pense : ce voyant – gagne de l’argent facilement-. Il dit au client qu’il mourra à quarante ans.

(Mon consultant fort comme un buffle porte chaîne d’or, gourmette en or et se met à tirer de sa poche une liasse de post-it.)

- Avant de vous l’interpréter j’aimerais bien savoir ce que vous-même avez ressenti, ce que vous en avez pensé et déduit. Vous n’avez pas quarante ans ? Pensez-vous que vous allez mourir à quarante ans ?

(Je savais pertinemment que ce n’était pas sa conviction profonde.)

- Bien sûr que non. (Avec un grand rire) Pour tout vous dire après avoir effectué ce rêve je suis  allé voir un voyant qui tire les cartes.

- Que signifie le huit de trèfle puisque moi je n’y connais rien  aux cartes.

- Je peux vous rassurer moi non plus car je ne  tire pas les cartes.

- Il m’a dit que le huit de trèfle signifiait une jeune femme brune. J’ai donc pensé que je me trouvais à un tournant de ma vie, j’allais rencontrer une femme et une nouvelle vie commencerait à quarante ans, donc d’ici quelques années.

- Si nous allions un petit peu plus loin !… Ça signifie aussi une nouvelle façon de voir. L’aspect voyant commence à émerger. Vous vous apprêtez à tirer une carte comme on tourne une page. Votre jeu peut commencer, bien que vous ayez déjà vécu différents âges de vie. Vous étiez je suppose très cartésien et néanmoins joueur. Vous vous interrogez : “Que se passe t-il ?” Même les plus grands scientifiques agissent de même. Par exemple Louis Pasteur n’était-il pas d’un cartésianisme rigoureux et rigoureusement joueur de billard et de poker, mauvais joueur de surcroît.

- Dans le rêve je regarde le voyant, je l’observe qui apporte quelque chose, il est fier d’apporter, on ne lui demande rien, c’est lui qui propose, il propose un savoir.

- Cela montre aussi que vous avez eu dans le passé une attitude passive, attentiste et vous avez décidé de changer. Vous vous proposez d’apporter des dispositions particulières à autrui. Que représente pour vous ce huit de trèfle ? Vous me dites la femme, une femme brune soit, mais que signifie ce chiffre 8 ?

- Si je reprends mes notions de mathématiques anciennes le huit est  l’infini ; le trèfle a trois pétales, c’est donc un couple et un enfant: la famille.

- La famille c’est la vie, la vie c’est l’infini donc une unité par rapport à l’infini, un cycle qui se perpétue. Le trèfle, la vie, la famille avec la queue c’est donc la notion d’enracinement parce que l’enracinement passe par la sexualité donc par le couple qui génère ensuite une vie qui peut être l’enfant ou autre chose. Et puis vous partez  en moto vous faites de la moto ?

- J’ai le permis moto mais je n’en fais pas parce que un de mes meilleurs amis a eu un accident très grave, ça m’a dissuadé d’en faire.

- Par contre on peut dire que vous montez rapidement en pression et vous êtes du genre pressé ! Vous devez avoir des humeurs trop facilement emportées.

- Tout à fait !

- Et puis, je suppose que vous avez gagné beaucoup d’argent facilement, et vous souhaitez  changer.

- C’est vrai j’avais une société très lucrative où les autres travaillaient pour moi. J’ai envie de mettre ma pierre dans la société, et j’espère que tout ce cycle va se mettre en place à quarante ans.

(Après cette entrée en matière prometteuse, il sort de son veston une autre liasse de post-it. Curieux, pensais-je intriguée ! Et sur cette petite cinquantaine de post-it étaient inscrits au crayon de bois tous les rêves qu’il avait notés depuis quelques mois. Le hors-d’œuvre étant satisfaisant, il s’enhardit, trie parmi ses post-it et m’en brandit un.)

- Voilà le rêve prémonitoire effectué en Février et qui s’est réalisé deux mois après.

Rêve

- Un jour je roule en voiture et au niveau d’un rond-point que je parcours, je vois ma secrétaire accrocher sa voiture à une autre avec quelques dégâts matériels mais sans gravité. 

Or, deux mois plus tard, autour d’un rond point, j’accroche un regard, le regard d’une personne dans une autre voiture, je ne vois même pas s’il s’agit d’un homme ou d’une femme, je continue ma route et je retrouve cette voiture encore un peu plus loin sur la route. Puis, le chemin continue, je la perds de vue et à un moment donné j’arrive à l’endroit où je devais aller d’ailleurs faire une course et cette voiture était garée juste à côté.

Un peu perturbé, perplexe, intéressé par cette coïncidence, je ne peux m’empêcher de mettre ma carte de visite sur le pare-brise de cette voiture en mettant “Appelez-moi au numéro suivant”. Le lendemain matin je reçois un coup de fil, c’était une femme.

Elle me dit : “Voilà, j’ai trouvé le petit mot sur mon pare brise, qu’est-ce qui se passe, etc. etc.”

Je lui explique que j’ai accroché son regard sans même voir qui elle était – puisque maintenant je savais que c’était une femme – et que devant cet amoncellement de coïncidences il m’avait paru intéressant de la rencontrer ne serait-ce qu’une fois, faire le point et puis c’est tout. Cette femme acquiesce à ma proposition et nous convenons d’un rendez-vous dans ce même quartier. Lors du rendez-vous, je dois signaler que cette femme était métisse, elle me dit :

- Entendons-nous bien, je ne cherche aucunement l’aventure, je ne veux pas d’aventure.

- Je lui dis «bien sûr que non, il n’a jamais été de ma volonté d’engager quoi que ce soit, il y a un ensemble de coïncidences, j’ai jugé intéressant que nous puissions nous rencontrer, un point c’est tout et nous repartons chacun de notre côté.

Quelques semaines se passent, je reçois une carte postale de vacances de cette femme. Puis un ou deux mois plus tard, elle m’appelle me disant :

- Voilà, je suis très ennuyée, je  n’arrête pas de penser à vous.

Nous décidons de nous revoir et d’en discuter.

- C’en est là, pour ma part il est hors de question de m’engager. J’attends de voir ce que la vie va apporter, je ne veux rien précipiter. D’ailleurs, depuis que j’ai décidé de  m’ouvrir à la vie, à un nouveau visionnement, si vous voulez, je ne veux plus rien brusquer. Je prends le temps de noter mes rêves, d’essayer de les comprendre d’une façon un peu sauvage et cela apporte du renouveau dans ma vie. Cette histoire du rêve du rond-point, et de voir que cela se concrétise deux mois après, est très surprenant. S’il doit exister quelque chose entre cette femme et moi, nous verrons. J’ai décidé de prendre le temps parce que c’est en prenant mon temps que je saisis l’événement et ainsi je ne passe pas à côté de la vie. Je ne reste pas passif non plus, parce que lorsque j’étais passif tout se bousculait comme dans un tourbillon, et ce n’est pas parce que je gagnais très bien ma vie que je ne la perdais pas.

- Si la vie est aussi vaste, mieux vaut ne jamais se laisser emporter par le temps. Le temps de l’amour est différent du temps de l’Amour.  Il y a entre eux la même différence qu’entre l’espoir et l’espérance, le petit -a- du mot amour évoque la communion physique alors que l’Amour avec un grand -A- est le temps d’une vie qui inclut le temps de la communion physique et le temps de l’harmonisation.

Si je synthétise ces deux rêves marquants, ils expriment le désir de faire vivre des dons, le jour où vous serez parvenu à un degré d’harmonisation figuré par ce rond point, la roue de la vie se met à tourner au carrefour à la fois d’une vie amoureuse réussie et d’une libération par rapport à des accidents matériels.

- Mon grand-père qui possède le don de soigner m’a transmis ses formules et je m’y essaie depuis peu. Il soigne brûlures, zonas, maux de dents, reboute et trouve les sources.

- C’est un talent qui ne peut s’exercer que par l’hérédité du cœur et sa possession vous invite à la cultiver avec patience et abnégation sans aucune attente d’argent ni de pouvoir en unité avec vous-même.

Le temps de la vie, c’est pourrait-on dire, l’ensemble des instants nécessaires pour permettre à chacun de réaliser et se réaliser au travers de ses choix, au travers de son temps qui ne sera jamais le même que celui d’autrui.

Mais la vie ne serait-elle pas son prochain rendez-vous ?

Christine HERZOG

Article paru dans La Foudre – 1999

Ajouter un commentaire